Goto main content
 
 

Ukraine : l’utilisation des armes explosives ou les bombardements quotidiens et l’ampleur de la contamination isolent des villages, de nombreuses personnes âgées attendent près du front

Mines et autres armes Santé Stop Bombing Civilians Urgence
Ukraine

L'utilisation massive d'armes explosives en Ukraine a détruit des routes, des hôpitaux, des écoles et isolé des régions entières. Nous attirons l'attention sur les dangers liés aux munitions non explosées ainsi que sur les besoins exacerbés des personnes qui n’ont pas pu fuir les zones de combat. 

Session de sensibilisation aux dangers liés aux mines et aux engins explosifs dans le village de Velyka Komyshuvakha, dans la région de Kharkiv.

Session de sensibilisation aux dangers liés aux mines et aux engins explosifs dans le village de Velyka Komyshuvakha, dans la région de Kharkiv. | © M.Monier / HI

Les personnes âgées sont les plus touchées par le manque d'eau et d'électricité à proximité du front 

Dans les zones proches du front, la plupart des habitants ont été évacués ou ont fui les combats. Mais selon les témoignages que nous avons recueillis, la grande majorité des personnes âgées, dont une forte proportion de personnes handicapées, sont restées malgré les bombardements. 

«Les personnes les plus à risques restent de manière disproportionnée dans les zones les plus touchées par le conflit parce qu'elles n'ont pas eu les moyens de les quitter. L'isolement, les bombardements constants et le manque de soins médicaux de base ont également un impact sur leur santé mentale », explique Anne-Laure Bauby, notre directrice du programme en Ukraine. 

Des décennies de menaces par les munitions non explosées 

  • 25 % du territoire a été exposé à d’intenses combats, estime le bureau de la coordination des affaires humanitaires onusiennes (OCHA) 

Nos équipes informent la population, dans les écoles et les communautés, sur les dangers que représentent les restes explosifs de guerre. Certaines sessions sont également faites via internet quand l’accès aux communautés est rendu impossible pour des raisons de sécurité.  

  • 3200 sessions ont été organisées, touchant plus de 89’000 bénéficiaires. 2800 travailleurs humanitaires et 337 points focaux communautaires ont été formés 

«?J'ai été démineuse et je peux vous dire qu'il faudra des décennies pour éliminer les restes de guerre ici. Il est important de se rendre régulièrement dans les villages isolés pour informer les gens des dangers. Ce sont des régions où personne ne veut aller parce qu'elles sont trop difficiles d'accès. Beaucoup de gens ne sont pas conscients des dangers?», souligne Viktoria Vdovichuk, notre responsable de l'équipe de sensibilisation aux dangers dans la région de Kharkiv. 

Soins aux victimes du conflit à l'Est de l'Ukraine 

Actuellement, nos équipes fournissent des services de rééducation et un soutien psychosocial dans neuf hôpitaux ukrainiens, la plupart situés près de la ligne de front dans les régions de Kharkiv et de Dnipro. Elles s'occupent surtout des blessés les plus graves, comme les personnes brûlées Des équipes mobiles se rendent également dans des centres pour personnes déplacées à l'intérieur du pays et effectuent des visites à domicile pour aider les personnes qui ne peuvent pas atteindre les établissements de santé. 

  • Près de 16’000 séances de réadaptation (environ 2400 bénéficiaires) ont été organisées. 689 personnes ont bénéficié de services de réadaptation spécialisés (brûlures) 
  • 540 membres du personnel de santé et 1300 points focaux communautaires formés à la réadaptation physique et en soutien psychosocial 
  • 3700 séances de soutien psychosocial en groupe et individuelles ont été dispensées à 6700 bénéficiaires 

Notre présence en Ukraine 

  • 306 employés (270 nationaux + 36 internationaux) 
  • Bureaux à Lviv, Kiev, Poltava, Dnipro, Kharkiv et Mykolaiv 
  • Pour en savoir plus : Nos interventions en Ukraine  
Published on: 21 février 2024
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Nous apportons une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre, à travers la mise en place d’unités mobiles médicales appelées « caravanes ».

Srey Neang : une prothèse pour aller à l’école
© Stephen Rae / HI
Réadaptation Santé

Srey Neang : une prothèse pour aller à l’école

Srey Neang a été amputée de la jambe après avoir été blessée dans l’explosion d’un engin explosif, alors qu’elle avait 4 ans. Nous avons appareillé la petite fille qui peut désormais se rendre chaque jour à l’école à vélo et rêve de devenir médecin. 

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”
© S. Sulaiman / HQ
Urgence

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”

Maria Marelli, notre physiothérapeute et spécialiste de la petite enfance basée à Genève, était récemment à Rafah pour évaluer la situation. Pourtant forte d'une longue expérience de terrain, elle a été ébranlée par ce qu'elle a vu sur place : elle nous décrit une crise humanitaire catastrophique où les besoins essentiels (eau, nourriture, abris) ne sont plus accessibles.