Goto main content
 
 

Ukraine : ne laisser personne derrière !

Urgence
Ukraine

Les combats continuent de s'intensifier dans toute l'Ukraine, obligeant des millions de personnes à fuir. Parmi les dernières à évacuer, les personnes handicapées et les personnes vulnérables.

Przemysl, Poland. People cross the Medyka border crossing from Ukraine to Poland.

Przemysl, Poland. People cross the Medyka border crossing from Ukraine to Poland. | © Tom Nicholson / HI

Les personnes vulnérables sont les plus en danger

La situation des personnes vulnérables est très préoccupante, alerte Fanny Mraz, notre directrice de l'aide d'urgence. Bientôt, 2 millions de personnes auront fui l'Ukraine, mais la plupart d'entre elles sont des personnes qui ont les moyens et la capacité de partir. Les populations les plus vulnérables, notamment les personnes âgées et les personnes handicapées, auront plus de difficultés à évacuer et à accéder à l'aide humanitaire- si tant est qu'elles puissent. Ces personnes vulnérables sont livrées à elles-mêmes pendant de longues périodes avec un accès limité à la nourriture et aux médicaments, exposées aux bombardements et aux pilonnages. 

En Ukraine, plus de 2,7 millions de personnes sont handicapées, dont 164’000 enfants. Plus de 2 millions de personnes dans le pays présentent une pathologie ou un handicap peu fréquent, dont beaucoup dépendent d’un traitement médical pour survivre. En outre, un pourcentage élevé de la population est âgé de plus de 60 ans, et beaucoup d'entre eux vivent seuls.

Il faut environ 60 heures pour quitter l'Ukraine à l'heure actuelle, souvent dans un froid glacial et sans abri, explique Fanny. Cela peut être encore plus long pour une personne dont la mobilité est réduite. Et cela peut être particulièrement dangereux pour les personnes dont la santé est fragile.

Selon une enquête menée par HelpAge dans l'est de l'Ukraine, 99 % des personnes âgées ont déclaré ne pas vouloir être évacuées de leur domicile, 91 % ont besoin d'aide pour accéder à la nourriture en raison de leur mobilité réduite, et 75 % pour accéder à des produits d'hygiène.

Présent en Ukraine, HI évalue des besoins

Nos équipes mènent depuis le 1er mars une mission exploratoire en Ukraine, en Roumanie et en Moldavie. L'objectif de cette mission est d'évaluer le contexte et les besoins actuels afin de déterminer si et comment nous pouvons soutenir la population ukrainienne, avec une attention particulière sur les soins post-opératoires pour les personnes blessées, la distribution de matériel paramédical et le soutien psychosocial. Les évaluations porteront également sur les besoins en matière d'abris, d'assainissement et d'hygiène, de réadaptation, de produits de première nécessité, de soutien logistique et d'inclusion des populations les plus vulnérables dans l'accès à l'aide.

Dans les prochains jours, nous renforcerons notre équipe d'évaluation avec des nouveaux membres, dont des spécialistes techniques en réadaptation, santé mentale et soutien psychosocial, les produits de première nécessité et en logistique pour préparer une réponse urgence.

18 millions de personnes affectées par le conflit

Alors que le conflit dévastateur de l'Ukraine continue de gagner en intensité, le nombre de personnes touchées par les violences augmente chaque jour. Près de 18 millions de personnes sont affectées par le conflit, dont plus de 12 millions ont besoin d'une aide humanitaire immédiate.

Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées menacent la vie de millions de personnes depuis plus d'une semaine. Les civils continuent de fuir en masse. Plus d'un million de personnes ont déjà été déplacées à l'intérieur du pays, et plus de 1,7 million (principalement des femmes et des enfants) ont fui vers les pays voisins : la Pologne, la Roumanie, la Moldavie, la Slovaquie et la Hongrie. Au total, 6,7 millions de personnes risquent d'être déplacées alors que les bombardements en zones peuplées s’intensifient.

Published on: 7 mars 2022

AIDEZ-NOUS



Urgence Ukraine Urgence Ukraine Urgence Ukraine Urgence Ukraine

Pour faire face à cette crise majeure, nous avons besoin de vous.
Aidez-nous à intervenir auprès de la population civile ukrainienne.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.