Goto main content
 
 

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
International

Le lundi 18 novembre, aux Nations unies à Genève, les délégations d’États, les militaires, les agences des Nations Unies et la société civile se sont réunies pour entamer des discussions sur une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives dans les zones habitées.

La responsable du plaidoyer armes chez HI Alma Al-Osta intervenant à la conférence.

La responsable du plaidoyer armes chez HI Alma Al-Osta intervenant à la conférence. | (c) HI

Les négociations qui ont débuté avec cette première réunion à Genève, suivie d'une autre série de consultations au début de l'année prochaine, devrait aboutir à une conférence prévue pour la fin du printemps 2020 à Dublin, où une déclaration politique sera ouverte pour approbation.

HI et les membres du Réseau international des armes explosives (INEW) collaborent avec les États pour les convaincre d'appuyer pleinement une déclaration politique ferme visant à mettre fin à l'emploi d'armes explosives ayant des effets étendus dans les zones peuplées et à assurer un soutien aux victimes de ces armes.

"Ces premières discussions sont cruciales pour préparer le projet de déclaration politique. Au cours de ce premier cycle de négociations, nous voulons garantir trois points : veiller à ce que la déclaration appelle les Etats à "cesser" l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées, inclut des obligations pour les Etats d'aider les victimes et leurs communautés et exige que les militaires partagent leurs bonnes pratiques politiques pour la protection des civils dans les conflits armé."

Anne Héry, Directrice du plaidoyer chez HI 

Interpelez vos parlementaires

HI lance un appel citoyen pour interpeler les parlementaires de 7 pays (Allemagne, Belgique, Canada, France, Luxembourg, Royaume-Uni, Suisse) et s'assurer que les gouvernements s'engagent dans cette cause : les citoyens sont invités à écrire à leurs parlementaires sur une plateforme dédiée pour demander à leur gouvernement de soutenir la déclaration contre l'utilisation des armes explosives dans les zones habitées.

Sur le site de votre choix, écrivez à vos Conseillers nationaux afin qu’ils obligent le gouvernement à s’engager de manière ferme contre ce fléau qui tue et blesse à 90% des civils. Agissons ensemble en adressant un message à nos Conseillers nationaux en Suisse.

VOUS AVEZ LE POUVOIR D'AGIR !

Un nombre inacceptable de victimes

Les conflits armés se déroulent de plus en plus dans les zones peuplées, principalement dans les villes. L'impact de l'utilisation des armes explosives est dévastateur pour les civils : selon l'Action on Armed Violence (AOAV), 20'384 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2018. Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, 90% des victimes sont des civils.

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées entraîne également la destruction d'infrastructures essentielles telles que maisons, hôpitaux, écoles, etc., et laisse une contamination massive par des munitions non explosées, qui est l'un des principaux moteurs des déplacements forcés.

La Conférence de Vienne, octobre 2019

Les trois cycles de négociations ont été lancés en octobre dernier lors de la Conférence de Vienne "Protection des civils dans la guerre urbaine", qui a réuni 133 États. Une majorité d'entre eux ont annoncé leur volonté de travailler à une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées.

Published on: 18 novembre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.