Goto main content
 
 

"Vous m’aidez à redevenir forte"

Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians
Yémen

Fatehia a dix ans. Elle allait tous les jours à l'école avec sa sœur et ses amis mais, en février 2019, son école a été frappée par une attaque aérienne. Les équipes HI l'ont accompagnée à travers des séances de soutien psychosocial et lui ont fournit une prothèse et des exercices de rééducation.

Fatehia en séance de rééducation avec un membre de HI.

Fatehia en séance de rééducation avec un membre de HI. | © ISNA Agency / HI

Ce matin-là,  Fatehia part à l’école mais quelques heures plus tard, une attaque aérienne vient briser la vie de cette petite fille si joyeuse. Une bombe, largée par attaque aérienne, s’abat sur les enfants dans la cour de l’école. Wafaa, l’amie de Fatehia meurt sur le champ, juste à côté d’elle, tandis que Fatehia, grièvement touchée, perd connaissance.

L'hospitalisation de Fatehia

Le père de Fatehia, alerté, accoure à l’école et trouve sa fille dans un état critique. Fatehia a perdu sa jambe. Il l’emmène à l’hôpital le plus proche où elle est opérée en urgence. La petite fille reste hospitalisée pendant deux semaines.

Elle se souvient :

"Je pensais sans arrêt à mon amie et à ma sœur, je me renseignais tout le temps à leur sujet. Quand j'ai revu ma sœur, j’ai été soulagée, je me suis sentie mieux, mais je m'interrogeais toujours sur Wafaa, ma meilleure amie. Puis mon père m’a dit qu'elle était morte. J'ai beaucoup pleuré mais ma famille m'a soutenue. Ensuite, j'ai commencé à me demander si je pourrais remarcher un jour. On m’a apporté des béquilles. Je les détestais parce qu'elles me rendaient laide ".

Cette nouvelle situation est très difficile à vivre. Désespérée et frustrée, elle s’isole, ne se déplace plus et ne dit plus un mot. 

Après ce drame, la famille, traumatisée, quitte son foyer et s’installe dans la ville de Sanaa. Ils sont à présent, comme des milliers d’autres au Yémen, des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays. Une vie dure, loin des repères quotidiens. 

Sortir du traumatisme

Ce n'est que deux ans plus tard, que Fatehia accède aux soins en réadaptation fournis par HII, lorsque sa famille découvre le centre de réadaptation. Les orthoprothésistes de HI accueillent la famille, les rassurent et leur expliquent comment la fillette pourra être appareillée avec une prothèse de jambe. En parallèle, voyant que la famille vit encore dans un profond traumatisme, l’équipe de HI leur propose un accompagnement psychologique. Depuis, Fatehia et son père viennent régulièrement participer à des séances de soutien psychosocial. 

En l’espace de quelques mois, Fatehia a beaucoup changé. La fillette commence à relever la tête. Suite aux séances de soutien psychosocial individuelles et en groupe, elle accepte petit à petit son handicap. Depuis, elle qui était devenue mutique, s’est remise progressivement à parler, à partager des idées et à se faire de nouveaux amis. Elle a un sens de l'humour développé et elle rit beaucoup. Elle devient très ambitieuse. En effet, depuis qu’elle peut enfin remarcher, rien ne l’arrêtera : elle veut devenir dentiste, mais aussi artiste à ses heures perdues ! Il faut dire qu’elle a un excellent coup de crayon ! 

NON aux bombardements des civils : HI appelle les citoyens suisses à mobiliser leurs parlementaires via une plateforme Internet dédiée pour demander au gouvernement suisse de soutenir la déclaration contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Published on: 27 mars 2020

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

Broken Chair a 25 ans !
© Basile Barbey / HI
Événement Mobilisation Stop Bombing Civilians

Broken Chair a 25 ans !

Le 18 août 1997, nous installions Broken Chair sur la place des Nations dans le but d’appeler tous les Etats à signer en décembre 1997 à Ottawa, la Convention d’interdiction des mines antipersonnel. 25 ans plus tard, Broken Chair continue d’incarner le cri désespéré mais figne des populations civiles massacrées par toutes les formes de violences armées, et l’obligation faite aux Etats de les protéger.

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école Inclusion Réadaptation

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école

Victime d’un chauffard, Sreyka a dû être amputée de la jambe gauche pour avoir la vie sauve. Nous lui avons fabriqué une prothèse, lui permet de retrouver son sourire et les bancs de l’école.