Goto main content
 
 

3 mois après le séisme : nous aidons les enfants syriens à surmonter leurs traumatismes

Santé Urgence
Syrie

Ils s’appellent Mohammed, Taim, Hosain… Nos partenaires apportent un soutien psychologique à ces petits rescapés du séisme meurtrier qui a frappé dans le Nord-Ouest de la Syrie. Voici leurs histoires.

Un petit enfant syrien fait un dessin sur lequel on voit une maison et un soleil

Mohammed, 12 ans, dessine pendant une séance de soutien psychologique dans l’établissement partenaire de HI, à Idlib. | © HI

 

Depuis le mois de février 2023, nos équipes et nos partenaires ont proposé 9724 consultations de soutien psycho-social. Environ ¼ des bénéficiaires sont des enfants.

Des blessures invisibles


Lorsqu’on lui demande comment il va, Mohammed, 12 ans, répond tout sourire « ça va, ça va ». La plaie sur son crâne a cicatrisé et il lui reste six séances de rééducation pour soigner complètement sa jambe cassée.

 

Mohammed a pu s’enfuir avant que l’appartement dans lequel sa famille vivait ne s’effondre violemment. Depuis, ils ont trouvé un autre appartement et Mohammed a pu retourner à l’école.
Certaines blessures sont moins visibles. Pourtant les traumatismes sont profondément ancrés dans la tête de ces enfants. 

« Je n’arrive pas à m’endormir la nuit car je fais des cauchemars, j’entends encore les bruits du tremblement de terre, et j’ai vraiment très peur », confie Mohammed.

Les troubles du sommeil font partie des symptômes récurrents chez ces petits rescapés du séisme, explique Ammad1, l’un des psychologues du centre hospitalier :

« Ces enfants sont envahis par des flashbacks répétés et des cauchemars récurrents ce qui les empêche de dormir sereinement ».

Musique, jeux, dessin… des activités récréatives pour apaiser l’anxiété 

 « Papa, papa », répète le petit Hosain.

Il était en visite chez sa tante dans un village proche d’Idlib quand le séisme a eu lieu. Hosien est resté coincé trois jours sous les décombres, tous ses proches présents avec lui ce jour-là sont décédés. 

Après chaque séance de réadaptation (Hosain a dû être amputé du pied gauche à la suite du tremblement de terre) dans ce centre hospitalier d’un de nos partenaires, le petit garçon retrouve le psychologue, Ammad (pseudonyme) : 

« Je lui mets de la musique douce et lui propose de dessiner ou de danser, je lui raconte de belles histoires en plus de diverses activités récréatives». 

Published on: 4 mai 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.