Goto main content
 
 

30'000 personnes tuées ou blessées par des armes explosives en 2019

Mines et autres armes Urgence
International

Le partenaire de HI, Action On Armed Violence (AOAV), publie son bilan 2019 sur les victimes des armes explosives en 2019.

La ville de Kobané au Nord e la Syrie totalement dévastée après des bombardements en 2016

La ville de Kobané au Nord e la Syrie totalement dévastée après des bombardements en 2016 | © P. Houliat / HI

En 2019, Action on Armed Violence (AOAV) a enregistré 29'500 personnes tuées et blessées par l'utilisation des armes explosives dans le monde.  Les civils représentent la majorité des victimes (66 % du total des victimes, soit 19'400 personnes).

Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, plus de 90 % des personnes tuées et blessées sont des civils.

Sur les 19'400 victimes civiles enregistrées en 2019, 17'900 ont été recensées dans des zones peuplées, 1'500 dans des zones non peuplées.

Dans certains pays, on observe une forte augmentation du nombre de victimes civiles : l'Afghanistan a connu une augmentation de 9 % du nombre de victimes civiles, la Somalie, une augmentation de 14 % et la Libye, de 131 % !

Au total, les armes explosives « industrielles » sont à l’origine de 51% des victimes civiles dans le monde, tandis que les engins explosifs improvisés (EEI) ont causé 49 % des victimes civiles.

« Dans de nombreux conflits, les bombardements et les pilonnages font peser une menace insupportable sur les civils et forcent la population à fuir. Ils laissent également une forte contamination par les restes d'explosifs qui constituent une menace durable pour les civils après les combats. Les bombardements dans les zones urbaines sont une catastrophe pour la protection des civils dans les conflits. Des discussions politiques entre les États ont commencé afin de rédiger une déclaration politique internationale contre l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Plusieurs États semblent opposés à un engagement politique fort. C'est inacceptable. HI est totalement impliquée dans ce processus diplomatique visant à améliorer la protection des civils dans les conflits armés et se bat pour qu'une déclaration politique forte soit adoptée en mai prochain. Pour cela, nous avons besoin du soutien de l'opinion publique pour faire pression sur les gouvernements et pour qu'ils s'engagent pleinement contre les bombardements dans les zones peuplées. »

Anne Héry, directrice du plaidoyer chez HI

Si vous voulez faire en sorte que le Gouvernement suisse agisse pour mettre fin aux bombardements de civils, c'est le moment. Mobilisez vos Conseillez nationaux pour faire pression sur vos dirigeants. Vous contribuerez à sauver des vies ! 

Published on: 22 janvier 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.