Goto main content
 
 

Accord "Stop Bombing Civilians" : qui l'adoptera ? Comment sera-t-il mis en œuvre ? Que va-t-il changer ?

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Suisse

La consultation finale pour un accord international visant à mieux protéger les civils contre les armes explosives en zones peuplées a lieu ce 17 juin 2022 au Palais des Nations à Genève. Il va constituer un point de départ pour que les États modifient leurs politiques et leurs pratiques militaires. Entretien avec Daniel Suda-Lang, directeur de Handicap International Suisse.

Le tank de Handicap International installé début avril 2022 pour inciter les Etats à s’engager fortement pour un accord international visant à mieux protéger les civils contre les armes explosives en zones peuplées.

Le tank de Handicap International installé début avril 2022 pour inciter les Etats à s’engager fortement pour un accord international visant à mieux protéger les civils contre les armes explosives en zones peuplées. | Valentina Sulmoni / HI

Pourquoi un tel accord ?

240’000 personnes ont été tuées par des bombardements et des pilonnages en zones peuplées entre 2011 et 2020. La quasi-totalité des victimes sont des personnes comme vous et moi, qui n'ont jamais participé aux combats et qui ont fait tout ce qu'elles pouvaient pour se protéger. Que les civils soient désormais de loin les principales victimes des armes explosives est une évolution inacceptable des conflits modernes. Des bombes de 500 kg, conçues pour des champs de bataille ouverts et ayant un rayon d'impact de plusieurs centaines de mètres, sont larguées depuis des avions sur des villes. De telles armes sont sans pitié pour les civils. Soyons clairs : les armes les plus destructrices ne doivent pas être utilisées dans les villes et les villages, et d'autres lieux où vivent des civils. L'accord international contre les bombardements urbains que les États finalisent aujourd'hui peut constituer une avancée majeure vers une meilleure protection des civils dans les zones de conflit armé. Mais notre combat est loin d'être terminé. À Handicap International, nous dénoncerons sans relâche les dommages causés aux civils par les bombardements urbains et nous demanderons une meilleure protection des civils.

Que va-t-il changer ?

L'accord international que nous finalisons ce 17 juin pourrait constituer une avancée pour la protection des civils en zone de guerre. Mais cela dépendra largement de ce qui se passera ensuite. Les États adopteront-ils cet accord ? Le mettront-ils en œuvre avec l’exigence de renforcer les obligations du droit international humanitaire ? Cet accord demande aux États d’améliorer la protection des civils pendant les opérations militaires en limitant l'utilisation des armes explosives en zones habitées et en limitant drastiquement l'utilisation des armes explosives les plus lourdes. Nous suivrons de très près les mesures et les politiques qu'ils mettront en œuvre. Avec l'Explosive Weapons Monitor que nous avons co-créé en 2022, nous surveillerons les politiques et les pratiques militaires pour assurer une meilleure protection des civils contre les armes explosives.

Qui l’adoptera ?

En deux ans de processus diplomatique, nous avons parcouru un long chemin - de l'ignorance et du déni de la part des États en ce qui concerne les conséquences humanitaires des armes explosives à leur pleine reconnaissance des dommages causés aux civils par ces armes. Mais cet accord international n'est que le début d'un long processus visant à améliorer de manière tangible la protection des civils contre les armes explosives dans les zones peuplées. La prochaine étape sera son adoption par les États - et la grande question est de savoir qui le signera. La conférence d'adoption devrait avoir lieu avant la fin de l'année. À Handicap International, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir le plus grand nombre de signatures possible, surtout celle de la Suisse !

Que pouvons-nous faire ?

Nous vous invitons à signer notre pétition pour dire NON aux bombardements des civils. Les signatures récoltées servent à faire pression sur la Suisse et les Etats pour les inciter à signer l’accord international visant à mieux protéger les civils contre les armes explosives en zones peuplées. 600’000 personnes nous soutiennent déjà à travers le monde.

Nous appelons également tous les parlementaires fédéraux qui n’ont pas encore rejoint notre combat à s’unir, afin d’assurer que la Suisse, dépositaire des Conventions de Genève, joue un rôle clé pour faire aboutir ce processus. Les membres du parlement sont invités à soutenir cette déclaration en écrivant un email à Elodie Sierro. Vous trouverez la déclaration dans son intégralité sur le site de Handicap International.

Published on: 14 juin 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité Inclusion

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité

En 2022, nous avons fêté nos 40 ans d'engagement auprès des plus vulnérables. 2022, c'est aussi les 25 ans de la signature du Traité contre les mines et de l'obtention du prix Nobel de la paix. Le combat pour la protection des civils continue avec la signature de la Déclaration politique contre le bombardement des civils. Nos équipes ont aussi fait face aux urgences humanitaires aux côtés des victimes : en Ukraine, au Pakistan suite aux inondations exceptionnelles et à Madagascar face à l'extrême sècheresse. En 2022, grâce à vous, plus de 3 millions de personnes ont bénéficié de nos programmes dans près de 60 pays.

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit Droit Événement

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit

Il y a 25 ans, l'adoption du traité d'interdiction des mines - dit traité d'Ottawa - a marqué une victoire diplomatique sans précédent contre cette arme des lâches. Le traité a entraîné une baisse du nombre de victimes, la destruction de millions de mines et laisse espérer la fin de leur utilisation. Depuis 2014, l'utilisation des mines a fait sa réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes. De nouveaux défis sont apparus, avec l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés et une contamination étendue dans les zones de guerre. Le 25e anniversaire du traité d'Ottawa est l'occasion d'exhorter les États à intensifier leurs efforts et à mettre un terme définitif à l'utilisation des mines antipersonnel.