Goto main content
 
 

Covid-19 : les petits commerçants sans revenus

Insertion Urgence
Ethiopie

Meryam est mère de 10 enfants et gère son propre commerce d'arachides à Fafan, dans le sud-est de l'Éthiopie. Mais le confinement contre le Covid-19 a mis un terme à toute activité. En ces temps difficiles, l'entraide est vitale, nous dit Meryam, qui est soutenue par HI (Handicap International). Elle nous parle de sa vie et des changements provoqués par la pandémie :  

Meryam devant sa maison

Meryam devant sa maison | © HI

L’économie à l’arrêt et le quotidien bouleversé

Je vends des cacahuètes pour vivre. Le mois dernier, j'ai réalisé un bénéfice de 500 birr (15 USD). C'était plutôt un bon chiffre. Ma fille aînée fait de la couture, ce qui rapporte entre 150 et 200 Birr. Mon mari est ouvrier journalier mais c'est moi qui apporte le principal revenu à la famille. Avant, nous avions juste assez pour couvrir les dépenses du ménage comme la nourriture. 

Mais le transport des arachides des fermes à mon domicile a cessé en raison de l’interdiction de voyager. Je n'ai plus aucune source de revenus à part ma fille, qui a encore quelques commandes de couture. L’entre-aide est vraiment la clé pour faire face à une telle crise et survivre.

Depuis un grave accident de voiture je marche avec des béquilles. Normalement, j'ai besoin d’exercices de rééducation pour mes jambes, mais c’est actuellement impossible d'en bénéficier en raison des interdictions de déplacements. De plus, les équipes médicales se concentrent sur la crise du Covid-19. Il y a quelques jours, ma fille a eu de graves maux d'estomac et il a fallu beaucoup de temps pour avoir un médecin car les professionnels de santé sont tous occupés contre la pandémie.

Prévention et hygiène 

HI nous a fourni des kits d'hygiène et des informations sur la maladie. J'ai également reçu des messages de sensibilisation du gouvernement par téléphone portable et par la télévision locale sur l'origine, la transmission et les mesures préventives contre le Covid-19. J'ai changé mes habitudes. Avant, je me lavais les mains uniquement avec de l'eau, mais maintenant j'utilise du savon, comme le reste de ma famille. 

Vous aussi aidez les plus fragiles ! 

Published on: 4 mai 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme au Nord-Ouest de la Syrie : le danger des restes d’engins explosifs
HI Partners
Urgence

Séisme au Nord-Ouest de la Syrie : le danger des restes d’engins explosifs

Le danger que représentent les munitions non explosées pour la population et les forces humanitaires est énorme après le tremblement de terre. Nous craignons  que de nombreuses munitions non explosées aient été déplacées par le tremblement de terre, les glissements de terrain ou les constructions effondrées, et qu'elles contaminent à nouveau les zones dépolluées.

Ukraine : témoignages de nos équipes un an plus tard
© HI
Santé Urgence

Ukraine : témoignages de nos équipes un an plus tard

Depuis le 24 février 2022 et le début du conflit militaire de grande ampleur en Ukraine, les principales villes du pays ont subi des bombardements intensifs. Notre équipe constituée de plus de 170 professionnels œuvre actuellement dans le pays pour les personnes vulnérables. Un an plus tard, certains membres de nos équipes ou partenaires nous confient leur vécu de ce tragique 24 février 2022.

Rema, 13 ans, amputée après 30 heures sous les décombres
© HI
Réadaptation Santé Urgence

Rema, 13 ans, amputée après 30 heures sous les décombres

Rema, 13 ans, a survécu au tremblement de terre en Syrie. Elle est restée 30 heures sous les décombres. Finalement, sa jambe a été amputée sur place pour la libérer. Elle témoigne depuis la chambre d’un de nos 13 hôpitaux partenaires dans la région de Jenderes, dans le Nord-Ouest de la Syrie.