Goto main content
 
 

De réelles avancées pour mettre fin aux souffrances civiles causées par les bombardements

Stop Bombing Civilians
Suisse

Nous avons installé un tank la semaine dernière à Genève pour attirer l’attention sur les négociations finales qui se tenaient au Palais des Nations du 6 au 8 avril pour mettre fin aux bombardements des civils en zones peuplées. Les discussions entre les représentants d'organisations internationales, de la société civile, dont nous faisons partie, et plus de 60 délégations d'États ont permis de réelles avancées.

Handicap International installe un tank sur la place des Nations – Avril 2022

Handicap International installe un tank sur la place des Nations – Avril 2022 | © Valentina Sulmoni / HI

Ce qu’il faut retenir :

  • Alors que les guerres qui frappent aujourd’hui l’Ukraine, la Syrie ou le Yémen illustrent dramatiquement les conséquences des bombardements en zones peuplées, les États ont reconnu l’urgence de répondre aux dommages causés aux civils par cette pratique
  • Plusieurs États semblent prêts à exclure les armes explosives les plus lourdes des zones peuplées, ce qui impliquerait une présomption de non-utilisation : l’exclusion de ces armes devenant la norme
  • De nombreux États ont exprimé leur volonté de partager leurs pratiques en matière d'utilisation des armes explosives en zones peuplées afin de mieux protéger les civils
  • Le texte final de la déclaration sera partagé lors d'une conférence de clôture prévue en juin prochain. Nous continuerons à dialoguer avec les États pour s'assurer que ce texte ait des effets concrets sur la situation des civils en zones de conflit

« Les discussions au cours de ces trois jours de négociations ont progressé de manière plutôt positive : presque tous les Etats reconnaissent désormais que l'utilisation des armes explosives en zones peuplées a un impact humanitaire inacceptable sur les civils et qu'il est urgent de mieux les protéger contre cette pratique. Début juin, nous serons en mesure de conclure un texte final. Nous devons nous assurer que la déclaration sera forte et qu'elle aura un impact réel sur la protection des civils en situation de conflit. L'exclusion des armes explosives lourdes des zones peuplées doit devenir la norme » explique Daniel Suda-Lang, notre directeur.

Published on: 12 avril 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

«Rien sans nous» – aussi dans la coopération internationale
© CBM / Hayduk
Inclusion

«Rien sans nous» – aussi dans la coopération internationale

La Suisse adopte tous les quatre ans sa stratégie de coopération internationale (CI). En juin 2023, le Conseil fédéral a soumis son projet de stratégie de la CI 2025-28 à la consultation publique. Le 22 mai, il a présenté la nouvelle stratégie, mais une chose reste inchangée : les personnes en situation de handicap sont largement ignorées.

10 ans après son entrée en vigueur en Suisse, la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées n'est toujours pas correctement mise en œuvre
©CBM/Hayduk
Inclusion

10 ans après son entrée en vigueur en Suisse, la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées n'est toujours pas correctement mise en œuvre

Le mercredi 15 mai, la Suisse fêtera le dixième anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées. En la ratifiant, la Confédération s'est engagée à mettre pleinement en œuvre les droits des personnes handicapées, y compris dans ses programmes et projets de coopération internationale. Mais cet objectif est encore loin d’être réalisé.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.