Goto main content
 
 

Des séances de réadaptation pour les victimes du séisme au Pakistan

Urgence
Pakistan

HI vient en aide aux victimes du séisme qui a frappé le Pakistan le 24 septembre dernier, a blessé 900 personnes et tué près de 40 personnes.

 

© Muhammad Reza/ANADOLU AGENCY/AFP PHOTO

Le séisme, d’une magnitude de 5.2, qui a frappé le Pakistan le 24 septembre dernier (province du Punjab), a blessé près de 900 personnes et tué près de 40 personnes. Plus de 450 maisons ont été détruites partiellement ou totalement.

« Ce séisme a engendré un climat d’insécurité. Suite à cette catastrophe, les personnes affectées refusaient de dormir dans leur maison, même si elles n’avaient pas été endommagées, et dormaient sous tente. Les parents n’osaient plus envoyer leurs enfants à l’école. De nombreuses maisons, vides, ont été cambriolées, ce qui a renforcé encore davantage ce climat d’insécurité »

explique Sumaira Bibi, coordinatrice suivi et évaluation pour HI au Pakistan.

Suite à une évaluation menée à Mirpur par HI fin septembre, l’association a identifié les besoins prioritaires des victimes. D’une part, de nombreuses personnes ont besoin d’un accès à l’eau potable et aux sanitaires, ainsi qu’à un logement. Si 3'500 tentes ont été distribuées par des organisations humanitaires, elles ne protègent pas suffisamment du froid, ce qui est particulièrement inquiétant. De plus, de nombreuses personnes, affectées par la catastrophe, sont en détresse psychologique et ont besoin d’un soutien. Enfin, les personnes blessées par le séisme ont besoin d’avoir accès aux séances de réadaptation.

HI apporte un petit soutien financier aux personnes très vulnérables qui n’ont pas l’occasion de participer à des petits travaux rémunérés (femmes seules, personnes handicapées, etc.). Ces personnes doivent également participer à des campagnes de sensibilisation sur les risques de catastrophes naturelles et sur les activités de protection (prise en compte des plus vulnérables suite aux catastrophes naturelles, etc.) mises en place par HI.  

HI propose aussi des séances de réadaptation, fournit des déambulateurs, chaises roulantes, etc., et apporte un soutien psychosocial aux personnes qui en ont besoin à l’hôpital de Mirpur et dans les communautés.

L’association accueille également des enfants dans des espaces sécurisés, qui peuvent bénéficier d’un soutien psychosocial et participer à des activités ludiques. Dans un contexte où les parents ont peur de remettre leurs enfants à l’école, ces espaces permettent de recréer du lien entre les familles et l’institution scolaire.  

Enfin, HI sensibilise les populations aux risques de catastrophes naturelles et à la protection des personnes les plus vulnérables, en diffusant notamment des messages à la radio et en distribuant des documents informatifs dans les villages affectés par le séisme.

Published on: 6 novembre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.