Goto main content
 
 

Kuch test sa nouvelle jambe

Bénéficiaires
Cambodge

Après un grave accident de moto, Kuch, alors âgé de 8 ans, a dû être amputé de la jambe droite. Le petit garçon était choqué et très triste de ne plus pouvoir jouer comme les autres enfants. Grâce à une prothèse, Kuch peut aujourd'hui à nouveau courir partout et s'amuser joyeusement avec ses amis.

Kuch est suivi au centre de Kampong Cham géré par HI, où il a déjà reçu deux prothèses. Il a retrouvé une vie normale et va à l'école.

Kuch est suivi au centre de Kampong Cham géré par HI, où il a déjà reçu deux prothèses. Il a retrouvé une vie normale et va à l'école. | © Stephen Rae / HI

L'amputation de la jambe de Kuch lui a sauvé la vie

Comme de nombreuses autres familles cambodgiennes, Kuch était en moto avec sa famille. Ils rentraient ensemble d'une autre province lorsqu'ils ont soudain été percutés de plein fouet par une autre moto à grande vitesse. Toute la famille a perdu connaissance. Lorsqu'ils se sont réveillés, ils ont découvert l'ampleur de l'accident. Kuch était en état de mort imminente et sa jambe était coincée dans l'une des roues. Il a alors été transporté d'urgence à l'hôpital, où ses parents ont appris plus tard que sa jambe droite devait être amputée pour lui sauver la vie.

Six mois après son accident, il ne se souvient pas de ce qu'il s'est passé lorsqu'il est passé par-dessus le guidon de la mobylette, lorsqu'il a ressenti une douleur indicible, lorsqu'il a compris qu'il n'avait plus de jambe droite. Il ne peut plus se défouler. Jouer au football, faire du vélo, courir derrière - c'est fini. Le petit garçon fragile est triste.

Un nouveau départ pour Kuch

Mais voilà que Kuch se rend pour la première fois au centre de rééducation de Handicap International (HI). Maintenant, Kuch est lui aussi examiné par des orthoprothésistes. Il fait délicatement un moulage en plâtre. Kuch assiste à la scène, sceptique. Puis il doit attendre une journée. Jusqu'à ce que les techniciens aient créé une prothèse parfaitement adaptée pour lui.
Le grand moment est arrivé. L'orthopédiste entoure prudemment le moignon d'une chaussette spéciale, puis il glisse la prothèse par-dessus. Kuch ose à peine se lever. Mais il se tient debout et rayonne. La mère Srey sanglote. Elle est tout simplement bouleversée.

« Maintenant, il va pouvoir marcher à nouveau », dit-elle en larmes. « Il va pouvoir aller à l'école, apprendre quelque chose et trouver un travail plus tard », dit avec confiance la petite femme sympathique qui a appris ce jour-là précisément qu'elle attendait son deuxième enfant.

Le seul qui ne lutte pas contre les larmes est Kuch, qui veut partir immédiatement en courant. Les heures suivantes, Kuch s'entraîne sans relâche aux barres. Il ne réussit pas encore tout à fait sans aide - mais cela viendra !

Son rêve : devenir docteur

Après des mois d’attente, Kuch a pu enfin retourner à l’école. Son école est située à 1,5 km de chez lui. Il s’y rend la plupart du temps à pied mais parfois son père l’y amène. Il aime étudier et se faire des amis. 

« J'aime jouer au football avec mes amis. Je vais à l'école. Plus tard, j’aimerais devenir médecin », déclare le petit garçon avec un grand sourire.
 

Published on: 2 février 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école Inclusion Réadaptation

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école

Victime d’un chauffard, Sreyka a dû être amputée de la jambe gauche pour avoir la vie sauve. Nous lui avons fabriqué une prothèse, lui permet de retrouver son sourire et les bancs de l’école.

Notre rapport d’activité 2021 est disponible !
© S. Wohlfahrt / HI
Bénéficiaires

Notre rapport d’activité 2021 est disponible !

Notre rapport d’activité 2021 est désormais disponible et revient sur les temps forts de cette année. Catastrophes naturelles, conflits armés ou crises chroniques, nous sommes plus que jamais présents auprès des plus vulnérables. En 2021 notre organisation est venue en aide à plus de 3 millions de bénéficiaires à travers le monde et ce notamment grâce à vous !

Raschid peut enfin marcher
© HI
Bénéficiaires Réadaptation Santé

Raschid peut enfin marcher

La famille de Rashid a dû fuir le Congo en 2018 et vit depuis lors dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya. Le garçon ne pouvait déjà pas marcher correctement lorsqu'il était petit, car ses genoux étaient déformés. Il n'avait pas d'amis et était souvent l'objet de moqueries de la part des autres enfants. En 2021, Rashid a été opéré et suit désormais une physiothérapie régulière. Il est l'un des 15'000 réfugiés de Kakuma dont HI s'occupe.