Goto main content
 
 

La crise humanitaire s’aggrave dans la région du Tigré

Urgence
Ethiopie

Plus d'un million de personnes dans la région de Tigré en Éthiopie souffrent au milieu d'une crise violente. Nos équipes sont sur place pour apporter aide et soutien aux personnes les plus touchées.

Nos véhicules en route vers la région du Tigré pour acheminer de l'aide humanitaire.

Nos véhicules en route vers la région du Tigré pour acheminer de l'aide humanitaire. | © HI

Chaque jour, la crise que connaît actuellement le Nord de l’Éthiopie, dans l’État du Tigré, s’aggrave un peu plus. Ce sont désormais 5,5 millions de personnes qui dépendent de l’aide humanitaire : la faim et la malnutrition font rage, l’insécurité est partout et les ressources sont extrêmement limitées. 

Au moins 4 millions de personnes (plus de 90 % de la population) atteignent un seuil d’insécurité alimentaire alarmant. 1,8 millions de personnes sont en phase d’insécurité alimentaire tandis que plus de 350’000 connaissent une malnutrition aigüe à cause d’un manque de nourriture. 2,2 millions enfants souffrent d’insécurité alimentaire aigüe et de malnutrition sévère. Ils courent le danger de graves retards de développement et de maladies chroniques et sans intervention urgente, risquent de développer un handicap permanent, ou tout simplement de mourir de faim.  

Violence et agressions sexuelles 

La sécurité des personnes les plus vulnérables est gravement menacée. Au mois de mai, plus de 500 cas de violences et d’agressions sexuelles ont été rapportés, dont environ 70 sur des enfants. Les écoles et les foyers servant actuellement à abriter des milliers de déplacés internes ont été pillés et saccagés, créant encore plus d'insécurité pour des personnes déjà forcées de fuir leur maison. 

735’000 habitants de la région ont quitté leur domicile, migrant principalement vers la ville de Shire, dans le nord du pays. Des milliers d’Éthiopiens ont également trouvé refuge dans les pays voisins, tandis que près de 100’000 réfugiés érythréens ont été transférés vers d’autres camps. La situation est encore aggravée par la pandémie de la Covid-19 et l’insécurité alimentaire due aux fortes inondations, aux sécheresses et aux invasions de criquets qui touchent la région.

Nos équipes sur place rapportent que les habitants des zones rurales isolées se trouvent dangereusement coupés de toute assistance. La priorité est de permettre aux personnes handicapées et aux personnes en situation de vulnérabilité d’avoir accès à une aide spécifique de base, en toute sécurité.

Nos actions en Ethiopie

•    Des prestations de premiers secours psychologiques (séances individuelles et de groupe) et une formation sensible aux traumatismes pour le personnel humanitaire et les agents de santé
•    Des services de réadaptation de qualité tels que des séances de physiothérapie, la formation des professionnels de santé et des aides à la mobilité pour les personnes handicapées et les personnes présentant des complications post-traumatiques
•    Une intervention humanitaire inclusive, centrée sur les personnes handicapées, les mineurs non accompagnés, les femmes exposées au risque de violence et d’exploitation, et les populations vulnérables
•    Le stockage, le transport et la distribution coordonnée du matériel humanitaire avec les Organisations non-gouvernementales internationales partenaires.

Published on: 30 juin 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.