Goto main content
 
 

La fermeture de l’aéroport de Sana’a met des millions de vies en danger

Urgence

Douze organisations humanitaires* appellent la coalition arabe à lever les restrictions pesant sur l’espace aérien yéménite et à rouvrir le principal aéroport du pays, l’aéroport international de Sana’a, afin de permettre la reprise des vols humanitaires.

Map

Map | (c) Handicap International

Selon le porte-parole des organisations humanitaires, Syma Jamil, "la fermeture du principal aéroport en fonction du Yémen est inexcusable alors que des milliers de familles yéménites ont un besoin vital d’assistance humanitaire".

L’aéroport de Sana est un maillon essentiel de la distribution d’aide. Sa fermeture va rendre encore plus difficile l’accès à des populations qui ont désespérément besoin d’assistance.

Toutes les parties au conflit doivent s’assurer que cette aide parvienne à la population yéménite, conformément aux obligations du droit international humanitaire.

A cause du conflit, plus de 14 millions de Yéménites souffrent actuellement de la faim. Un tiers des enfants yéménites de moins de 5 ans, soit près de 1,3 millions, sont atteints de malnutrition aiguë.

De même que les vols humanitaires, les vols commerciaux doivent également être de nouveau autorisés afin que les civils puissent se déplacer librement et que le commerce et l’importation de produits essentiels puissent reprendre.

"La fermeture de l’aéroport coupe le Yémen du monde alors que les Yéménites souffrent de malnutrition et que les hôpitaux ont un besoin urgent de matériels médicaux (ndlr: bandages, médicaments, matériel chirurgical). Nous appelons la coalition arabe à lever les restrictions pesant sur l’espace aérien yéménite et à permettre la réouverture de l’aéroport dans les plus brefs délais".

La fermeture de l’espace aérien yéménite a été décidée par la coalition le lundi 8 août, pour une durée annoncée de 72 heures. Ce dimanche 14 août, il n’était toujours pas rouvert.

Cette décision coïncide avec la reprise des frappes aériennes sur Sana’a et sur différentes régions du Yémen, mettant la vie des civils yéménites en péril. Depuis la reprise des hostilités. Des victimes civiles - y compris des enfants – ont déjà été recensées.


*Handicap International, ACTED, Action Contre la Faim, Care, Danish Refugee Council, Global Communities, International Rescue Committee, INTERSOS, Mercy Corps, Norwegian Refugee Council, Oxfam, Save The Children.

Published on: 15 août 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.