Goto main content
 
 

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes

Événement Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
International Suisse

Les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine se rencontrent ce mercredi 16 juin à Genève. Handicap International (HI) rappelle que, selon Action on Armed Violence (AOAV), les États-Unis et la Russie sont parmi les principaux responsables des souffrances infligées aux civils par les frappes aériennes depuis 2011.

© Kate Holt / HI

« Les frappes aériennes menées par les États-Unis et l'OTAN ont été les plus meurtrières de cette décennie. Ensemble, elles ont fait en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Pakistan, en Somalie, en Syrie et au Yémen 7’391 victimes civiles – avec un taux de mortalité extrêmement élevé de 71%. En Syrie, de nombreuses frappes aériennes ont été menées par les forces russes ou avec leur soutien : la Russie est responsable d'au moins 3’968 victimes civiles en Syrie, selon l'AOAV».

Anne Héry, directrice du plaidoyer chez HI

Bombardements dans les zones peuplées : un problème humanitaire majeur

L'utilisation des armes explosives en zones urbaines, dont les frappes aériennes, a des conséquences humanitaires systématiques sur les populations civiles. Entre 2011 et 2020, 91% des victimes des armes explosives en zones peuplées étaient des civils. Les armes explosives tuent et blessent des civils, provoquent de graves traumatismes psychologiques, détruisent des infrastructures vitales telles que des écoles, des centres de santé et des routes, et obligent la population à fuir leur domicile. Les bombardements laissent également des restes explosifs de guerre qui menacent la vie des civils longtemps après la fin des combats. Il est plus que jamais indispensable d'adopter une déclaration politique forte pour protéger les civils.

Dernière étape avant un accord international

Débuté en octobre 2019, le projet d'accord international contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées arrive à sa phase finale de négociation entre plus de 70 États, les agences des Nations unies, les organisations internationales et la société civile. Un dernier cycle de négociations aura lieu à l'automne prochain. Cet accord devrait être finalisé d'ici la fin de l'année 2021. Handicap International – Communiqué de presse 2l2 Le Secrétaire général des Nations unies et le Comité international de la Croix-Rouge, ont appelé les États à éviter toute utilisation d'armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées. Cela permettrait de créer une présomption contre l'utilisation d'armes explosives lourdes.

« Les États-Unis et la Russie doivent apporter un plus grand soutien et élaborer, avec d'autres États, une déclaration politique forte. Cette déclaration politique doit modifier les politiques et les pratiques de toutes les armées afin de mieux protéger les civils contre les armes explosives », complète Anne Héry.

Published on: 15 juin 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité Inclusion

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité

En 2022, nous avons fêté nos 40 ans d'engagement auprès des plus vulnérables. 2022, c'est aussi les 25 ans de la signature du Traité contre les mines et de l'obtention du prix Nobel de la paix. Le combat pour la protection des civils continue avec la signature de la Déclaration politique contre le bombardement des civils. Nos équipes ont aussi fait face aux urgences humanitaires aux côtés des victimes : en Ukraine, au Pakistan suite aux inondations exceptionnelles et à Madagascar face à l'extrême sècheresse. En 2022, grâce à vous, plus de 3 millions de personnes ont bénéficié de nos programmes dans près de 60 pays.

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit Droit Événement

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit

Il y a 25 ans, l'adoption du traité d'interdiction des mines - dit traité d'Ottawa - a marqué une victoire diplomatique sans précédent contre cette arme des lâches. Le traité a entraîné une baisse du nombre de victimes, la destruction de millions de mines et laisse espérer la fin de leur utilisation. Depuis 2014, l'utilisation des mines a fait sa réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes. De nouveaux défis sont apparus, avec l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés et une contamination étendue dans les zones de guerre. Le 25e anniversaire du traité d'Ottawa est l'occasion d'exhorter les États à intensifier leurs efforts et à mettre un terme définitif à l'utilisation des mines antipersonnel.