Goto main content
 
 

Ma famille est tout ce qui me reste

Bénéficiaires Réadaptation Stop Bombing Civilians

Moheileh, 60 ans, a été touchée par un bombardement en Syrie en 2012. Arrivée en Jordanie peu après cet accident, elle vit désormais dans le camp de réfugiés de Zaatari. Amputée d’une jambe, elle peut désormais se déplacer depuis qu’elle a été appareillée d’une prothèse par Handicap International. 

"Portraits réalisée dans le cadre d'un reportage organisé avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), pour l’exposition « Bombardés ».

"Portraits réalisée dans le cadre d'un reportage organisé avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), pour l’exposition « Bombardés ». | © P.Poulpiquet/Handicap International

"Cela fait quatre ans que je vis à Zaatari", explique Moheileh lorsqu’on la rencontre dans sa caravane. "La vie est dure, mais nous sommes en sécurité." De son quotidien, elle raconte : "Je ne fais rien de mes journées. Je m’allonge, je m’assieds, je me rallonge sur ce lit… Parfois, quand il fait beau, je me mets debout et je vais un peu dehors. S’il fait froid, je reste à l’intérieur… Je pense beaucoup. J’aimerais que cette guerre s’arrête, et pouvoir enfin rentrer chez moi."

Le regard triste, la grand-mère syrienne se souvient de son accident, avant son arrivée en Jordanie. "Nous étions assis chez nous quand des tanks sont arrivés dans le quartier et ont commencé à bombarder les maisons. J’ai été touchée à la jambe… " Peu de temps après, Moheileh arrive dans le camp de réfugiés de Zaatari. "C’est là que j’ai connu Handicap International", explique-t-elle. "On m’a parlé d’eux et je suis allée les voir. Ils m’ont d’abord donné une canne et un déambulateur. Et puis, un peu plus tard, ils m’ont appareillée d’une prothèse. Ils m’ont aussi aidée avec la physiothérapie. Je fais mes exercices régulièrement, cela facilite ma vie dans le camp et occupe un peu le temps."

Les petits-enfants de Moheileh assistent à la session réadaptation en riant. Elle les regarde, puis dit : "Ma famille est tout ce qui me reste. Je suis partie de Syrie avec mes vêtements sur le dos. Rien d’autre. Mais nous ne sommes pas tous là. Beaucoup sont à l’étranger, d’autres sont restés en Syrie… La guerre nous a séparés. J’espère que nous serons, un jour, réunis de nouveau."

 

 

 

 

> Handicap International sur la crise syrienne: la Syrie, un pays en conflit depuis six ans 

Published on: 16 mars 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

La Suisse s’engage contre les bombardements urbains
(c) HI
Stop Bombing Civilians

La Suisse s’engage contre les bombardements urbains

Le 18 novembre aura lieu la Conférence de Dublin : les Etats adopteront un accord international qui améliorera considérablement la protection des civils contre les bombardements urbains. Nous félicitons la Suisse qui sera présente à ce rendez-vous et approuvera cet accord. Une victoire pour la société civile, pour notre organisation, sur ce combat que nous menons depuis quelques années.

Broken Chair a 25 ans !
© Basile Barbey / HI
Événement Mobilisation Stop Bombing Civilians

Broken Chair a 25 ans !

Le 18 août 1997, nous installions Broken Chair sur la place des Nations dans le but d’appeler tous les Etats à signer en décembre 1997 à Ottawa, la Convention d’interdiction des mines antipersonnel. 25 ans plus tard, Broken Chair continue d’incarner le cri désespéré mais digne des populations civiles massacrées par toutes les formes de violences armées, et l’obligation faite aux Etats de les protéger.