Goto main content
 
 

Opération déminage en Colombie

Mines et autres armes Mobilisation
Colombie

Malgré la crise liée au Covid-19 et le renforcement de la violence en Colombie, nous poursuivons nos activités de déminage et de soutien aux victimes de mines.

| © HI

La Colombie est le deuxième pays le plus miné au monde après l’Afghanistan. Nous y avons déminé plus de 660’000 m2 de terres depuis 2017 dans le Cauca, le Meta et le Caquetá, départements colombiens particulièrement affectés par le conflit interne. D’après le Comité International de la Croix-Rouge, durant le premier semestre de 2020, 181 personnes ont été victimes de mines dans 14 départements de la Colombie.

Avec le soutien du Département d’Etat américain et de l’Ambassade de Suisse en Colombie – Développement et coopération (DDC), nous menons une approche « intégrale » : sensibiliser les populations aux risques de mines, mener des opérations de déminage et apporter un soutien aux victimes de ces engins explosifs (réadaptation, soutien psychologique ou insertion professionnelle).

Ces activités sont menées dans un contexte de violence interne croissante et de présence de nouveaux groupes armés illégaux qui continuent de poser des engins explosifs afin de protéger leurs cultures de coca, tout cela en pleine pandémie.

S’adapter en permanence

Malgré le contexte complexe, nous avons adapté nos méthodes de travail pour poursuivre nos autres activités. Nous avons notamment développé un « plan de sécurité » permettant de continuer à travailler en respectant les gestes barrière liés à l’épidémie Covid-19. Nous avons aussi formé plus de 100 employé-e-s de notre organisation ou bénévoles qui collaborent avec nous pour devenir des « relais communautaires » pour sensibiliser les villageois aux risques de mines.

Des terres à nouveau cultivables

De plus, nous avons libéré plus de 60'000m2 de terres situées dans des zones dangereuses, contaminées par les mines, désormais rendues accessibles et à nouveau cultivables, améliorant la sécurité de plus de 30’000 habitant-e-s. Dans la ville d’Inzá (département du Cauca), nous avons notamment mené des études dites « non-techniques » en échangeant avec les villageois, ce qui a permis d’identifier les zones minées et celles qui ne l’étaient pas. Nous avons aussi sensibilisé ses habitants au sujet des risques de mines et a libéré plus de 16'000 m2 de terres.

Appui au gouvernement colombien

En novembre 2020, la Colombie a obtenu un nouveau délai à 2025 pour remplir son engagement envers la Convention d’Ottawa  de déminer les zones contaminées par des engins explosifs sur son territoire. Notre organisation a apporté un soutien technique au gouvernement colombien.

En 2021, nous avons pour objectif de déminer intégralement les municipalités de Cajibio et de Puracé (Cauca), de continuer à rendre à nouveau accessibles les terres de Vistahermosa (Meta), Inzá, Páez et Santander de Quilichao et de déminer encore de nouvelles zones.

Soutien aux victimes

En parallèle, nous continuons de mener nos activités d’assistance aux personnes handicapées victimes de mines - et de soutien aux personnes qui prennent soin d’elles - en favorisant leur insertion professionnelle, en leur proposant des séances de réadaptation, en leur apportant un soutien psychosocial et un accompagnement juridique pour assurer la défense de leurs droits.

Cliquez sur les liens ci-après pour :
     >    En savoir plus sur notre activité en Colombie
     >    En savoir plus sur notre actions contre les mines et autres armes

Published on: 16 février 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

Broken Chair a 25 ans !
© Basile Barbey / HI
Événement Mobilisation Stop Bombing Civilians

Broken Chair a 25 ans !

Le 18 août 1997, nous installions Broken Chair sur la place des Nations dans le but d’appeler tous les Etats à signer en décembre 1997 à Ottawa, la Convention d’interdiction des mines antipersonnel. 25 ans plus tard, Broken Chair continue d’incarner le cri désespéré mais figne des populations civiles massacrées par toutes les formes de violences armées, et l’obligation faite aux Etats de les protéger.

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.