Goto main content
 
 

Rien n’arrête le vaillant Anowar !

Réadaptation
Bangladesh

Anowar, 8 ans, a perdu sa jambe dans un accident de la route dans le camp de réfugiés Rohingyas de Kutupalong où il vit avec sa famille.

© Nicolas Axelrod-Ruom /HI

A l’âge de cinq ans, alors qu’il sortait joyeusement de son école, Anowar a été fauché par un camion qui roulait trop vite. Depuis le drame, nous avons immédiatement tout mis en oeuvre pour permettre à Anowar de retrouver une vie normale. L’équipe de l’association lui a d’abord fourni un appui psychologique et des soins de réadaptation pour le préparer à recevoir une prothèse et lui a réappris à remarcher. Il a également fallu intervenir auprès de son école qui considérait que l’enfant ne pouvait plus suivre les cours à cause de son handicap. 

Le retour sur les bancs de l’école lui a rendu son sourire

« Après l'accident, Anowar a été abandonné par son école. Ils disaient que les enfants handicapés devaient aller dans des écoles spéciales. Alors nous avons expliqué, négocié... Anowar a donc été autorisé à retourner dans son ancienne école et à retrouver ses amis ! Cela l'a rendu extrêmement heureux »,

explique Redowan, notre physiothérapeute de l’équipe mobile qui accompagne régulièrement le petit garçon.

Anowar ne saute jamais une séance de rééducation

"Anowar est mon meilleur patient. Il est vaillant. Parfois, je me rends chez lui, mais le plus souvent les séances se passent au centre d’appareillage géré dans notre camp », poursuit Redowan. « Nous faisons des exercices d'équilibre, puis je lui apprends à coordonner ses mouvements et à prendre soin de lui pour anticiper les problèmes, repérer les frottements qui pourraient générer des plaies... Sans cela, il lui serait impossible de porter une prothèse. Anowar est motivé pour faire ses exercices à la maison. Il met en pratique tout ce qu'il apprend. Il est ouvert et communicatif et exprime ses préoccupations et ses besoins, ce qui permet de bien travailler ensemble".

Anowar travaille encore plus pour sa prothèse

 « Apprendre à porter une prothèse est un processus long et difficile. Il est crucial que le patient et sa famille comprennent que cela demande beaucoup d'efforts et de nombreuses heures d'exercices, toute la vie durant. Dans ce pays, notre principal défi est d’essayer de garder nos patients avec nous, impliqués. Heureusement, la famille d'Anowar le soutient beaucoup et comprend le concept de réadaptation à long terme », explique le physiothérapeute. « J'aimerais que tous mes patients aient une famille qui les soutienne autant. Cet enfant est un modèle. Lorsque mes autres patients se sentent déprimés, je leur parle de lui. Trois d’entre eux sont aussi des enfants qui ont des prothèses de jambes et Anowar les inspire vraiment ! ».

Published on: 26 mai 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"
© HI 2023
Réadaptation Urgence

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"

En Syrie, suite aux puissants séismes qui ont touché le pays, nous accompagnons toujours les rescapés en réadaptation et sur le plan psychologique.

Mieux protéger les humanitaires pour répondre aux besoins croissants
© R.Crews / HI
Droit Mobilisation Réadaptation

Mieux protéger les humanitaires pour répondre aux besoins croissants

339 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire en 2023. Alors qu’ils apportent une assistance vitale aux populations affectées par les conflits, les personnels humanitaires et de santé continuent d’être pris pour cible, kidnappés, criminalisés, blessés et parfois même tués. 

Être physio, c’est exercer un métier qui vous pousse chaque jour à faire de votre mieux
© Crolle Agency / HI
Réadaptation

Être physio, c’est exercer un métier qui vous pousse chaque jour à faire de votre mieux

Paul Lokiru, 32 ans, travaille comme physiothérapeute dans le nord-ouest de l’Ouganda. Pour lui, la physiothérapie permet de prendre soin et d’aider les personnes qui sont vraiment dans le besoin. Découvrez son quotidien au contact des populations réfugiées.