Goto main content
 
 

Six idées reçues sur les bombardements des civils

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Suisse

Dommages collatéraux, frappes chirurgicales, guerres sales… Une fatalité lors des conflits ? Découvrez aussi pourquoi il est urgent de mettre fin à cette pratique intolérable.

Six idées reçues sur les bombardements des civils

PH. Houliat | HI

C’est normal qu’il y ait des dommages collatéraux et que des civils soient victimes de la guerre. FAUX.

92 % des victimes des bombardements dans les zones peuplées sont des civils. Soit presque la totalité d’entre elles. Très peu sont des combattants. Avec une telle proportion, on ne peut plus parler de dommages collatéraux !
Non, il n’y a aucune fatalité à ce que les civils soient les premières victimes des bombardements. Les militaires ont les moyens techniques de limiter les victimes civiles. Et l’expérience montre que souvent lorsque des civils sont blessés ou tués lors d’une attaque, c’est que les belligérants n’ont pas pris les mesures de précaution nécessaires pour les protéger ou qu’ils les ont délibérément ciblés.
Des règles ont été mises en place pour protéger ceux qui ne participent pas aux combats et les infrastructures civiles. Parce que tous les civils doivent être protégés de la guerre. 

On peut faire la guerre sans armes explosives. FAUX.

Nous ne cherchons pas à interdire les armes explosives, mais à mieux protéger les civils d’une pratique – l’utilisation des armes explosives en zones peuplées – largement répandue dans les conflits actuels, en interdisant notamment l’utilisation de celles à large rayon d’impact.
En Afghanistan, entre 2008 et 2014, les règles de la coalition internationale ont permis pendant un temps de réduire fortement le nombre de victimes civils des bombardements aériens. Des mesures sont donc possibles et peuvent avoir des effets positifs sur la protection des civils.
Le nombre de victimes civiles est malheureusement reparti à la hausse depuis et reste extrêmement élevé. Le conflit en Afghanistan est un des plus meurtriers au monde pour les civils. 

Restreindre le recours aux bombardements dans les zones urbaines, c’est donner un avantage aux ennemis qui ne s’embarrassent pas des règles internationales. FAUX.


Non, un avantage militaire ne s’obtient pas ou ne se maintient pas en mettant nécessairement en péril la vie des civils. 
Lorsque les militaires mènent des opérations, ils font des choix : des choix de ciblage, des choix de l’arme explosive à utiliser, et des types de données récoltées pour évaluer les risques pour les civils... L’analyse des exactions passées montre souvent que les choix des militaires responsables auraient pu être différents, qu’ils auraient pu épargner les civils sans concéder d’avantage à l’ennemi.

L’utilisation des armes explosives en zones peuplées n’est pas l’affaire des politiques, mais des militaires. FAUX.

C’est grâce à l’engagement des ONG qui ont su mobiliser les États que nous avons pu interdire l’utilisation des mines antipersonnel et les sous-munitions. Le Traité d’Ottawa qui interdit l’utilisation, la production et la commercialisation des mines antipersonnel a été rejoint par 164 États. La Convention d’Oslo qui interdit les armes à sous-munitions depuis 2008 a été signée par 119 États.
Ce sont les États qui permettent d’encadrer ce que leurs armées peuvent faire ou non. Ce sont donc les hommes politiques - parlementaires, membres de gouvernement, membre des partis - qu’il faut alerter et sensibiliser.

Les armes explosives sont de plus en plus précises. FAUX.

Les frappes dites « chirurgicales » n’existent pas. La plupart des bombes utilisées dans les conflits en Syrie, en Irak ou au Yémen ont une marge d’erreur : elles frappent un grand nombre de fois à côté de l’objectif visé. Et leur rayon d’impact plus ou moins large fait peser un risque inacceptable sur les civils se trouvant à proximité de la cible. De plus, comme le montrent les conflits actuels, les militaires n’utilisent jamais une bombe unique, mais plutôt des frappes multiples, des salves, des tapis de bombes, technique qui fait souvent de très nombreuses victimes parmi les civils. 

Toutes les guerres sont sales, les exactions sont inévitables. FAUX. 

C’est en refusant ce genre de fatalisme que les États ont mis en place les règles du Droit international humanitaire. Les États ont aussi réussi à interdire des armes indiscriminées comme les mines antipersonnel, et mis en place des institutions qui jugent les exactions et les crimes de guerre comme la Cour pénale internationale à La Haye. 
Des progrès ont été effectués en un siècle pour la reconnaissance de la protection des civils. Mais nous devons continuer à nous mobiliser car les civils restent les premières victimes des conflits.

Notre combat contre les bombardements en zones peuplées est essentiel pour améliorer leur protection et le respect de leurs droits. Signez la pétition pour dire STOP aux bombardements des civils maintenant. 
 

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité Inclusion

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité

En 2022, nous avons fêté nos 40 ans d'engagement auprès des plus vulnérables. 2022, c'est aussi les 25 ans de la signature du Traité contre les mines et de l'obtention du prix Nobel de la paix. Le combat pour la protection des civils continue avec la signature de la Déclaration politique contre le bombardement des civils. Nos équipes ont aussi fait face aux urgences humanitaires aux côtés des victimes : en Ukraine, au Pakistan suite aux inondations exceptionnelles et à Madagascar face à l'extrême sècheresse. En 2022, grâce à vous, plus de 3 millions de personnes ont bénéficié de nos programmes dans près de 60 pays.

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit Droit Événement

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit

Il y a 25 ans, l'adoption du traité d'interdiction des mines - dit traité d'Ottawa - a marqué une victoire diplomatique sans précédent contre cette arme des lâches. Le traité a entraîné une baisse du nombre de victimes, la destruction de millions de mines et laisse espérer la fin de leur utilisation. Depuis 2014, l'utilisation des mines a fait sa réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes. De nouveaux défis sont apparus, avec l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés et une contamination étendue dans les zones de guerre. Le 25e anniversaire du traité d'Ottawa est l'occasion d'exhorter les États à intensifier leurs efforts et à mettre un terme définitif à l'utilisation des mines antipersonnel.