Goto main content
 
 

Tout devient possible à nouveau

Urgence
Syrie

Amer est physiothérapeute spécialisé en appareillage orthopédique, en prothèse et orthèse, et travaille pour l’association depuis octobre 2012. A Amman et dans le camp de réfugiés d’Azraq, il aide les patients de Handicap International à se remettre debout. Il raconte ce qui fait naitre sa motivation chaque jour. 

Amer et Doa'a à Amman

Amer et Doa'a à Amman | © Sarah Pierre / Handicap International

Amer

"Nous aidons nos patients à reprendre le cours de leur vie. Par exemple, en donnant une prothèse ou une orthèse qui permet à une personne blessée par le conflit de se remettre debout", explique Amer. "Handicap International joue un rôle essentiel auprès des personnes les plus fragiles. Lorsque les gens retrouvent leur indépendance, qu’ils peuvent se déplacer, aller faire leurs courses, tout devient possible à nouveau. C’est de là que je puise ma motivation", poursuit le jeune Jordanien.

"Ce que je préfère dans mon travail, c’est aider nos patients à accepter leur nouvelle condition, à comprendre comment ils pourront utiliser leur prothèse pour ensuite retrouver une vie normale. Après trois ans sur le terrain, entre Irbid et Amman, j’ai beaucoup de souvenirs. Mais je n’oublierai jamais la première fois que je suis entré dans le camp de Za’atari, toutes ces personnes qui sont venues vers nous alors que nous étions encore dans la voiture. Je me suis demandé comment il était possible qu’autant de gens soient affectées à la fois. C’est à ce moment que j’ai réalisé l’ampleur du conflit Syrien", conclut-il.

Published on: 24 février 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.