Goto main content
 
 

Un violent séisme fait des milliers de victimes au Moyen-Orient

Urgence
International Syrie

Un séisme de magnitude 7,8 a frappé la Turquie et la Syrie dans la nuit du 6 février 2023. Déjà présents dans la région, nous lançons une intervention pour venir en aide aux rescapés.

08/02/2023. Hatay, Turquie. Des équipes de recherche et de sauvetage d'urgence fouillent dans les décombres des bâtiments détruits à Hatay, Antakya, en Turquie, suite aux récents séismes.

08/02/2023. Hatay, Turquie. Des équipes de recherche et de sauvetage d'urgence fouillent dans les décombres des bâtiments détruits à Hatay, Antakya, en Turquie, suite aux récents séismes. | © T. Nicholson / HI

Un séisme dévastateur pour des populations déjà fragilisées

Le séisme a touché une zone d’un rayon d’environ 400 km, située entre le centre-sud de la Turquie et le nord-ouest de la Syrie où vivent près de 12 millions de personnes. Plusieurs répliques du tremblement de terre ont encore fortement secoué la région dans les heures qui ont suivi, certaines atteignant des magnitudes de 5 à 7 sur l’échelle de Richter. 

Les premiers bilans humains font actuellement état d'environ 11'200 personnes décédées et de près de 40'000 personnes blessées dans ces deux pays. De nombreuses personnes sont encore coincées sous les décombres et le nombre de victimes peut encore évoluer, à mesure que les opérations de sauvetage et d’évacuation progressent. Les infrastructures vitales des deux pays ont également été touchées. On recense déjà plus de 6'300 bâtiments détruits.

« Des milliers de personnes ont été blessées. Elles ont tout perdu et sont choquées par le terrible séisme et la série de répliques de ce lundi en Turquie et en Syrie », explique Myriam Abord-Hugon, notre directrice du programme Syrie. « C'est actuellement la saison hivernale dans ces deux pays et les personnes doivent faire face au froid et aux intempéries après avoir perdu leur maison et leurs biens. Il est urgent de leur apporter de l'aide. »

Notre intervention d’urgence

Face à ce type de crise, nous déployions nos équipes pour porter assistance aux victimes de séisme. Nos équipes vont proposer des services de réadaptation physique et fonctionnelle aux personnes blessées par le tremblement de terre, afin qu’elles puissent regagner en mobilité et éviter ainsi le développement de conséquences à long-terme. 

 « Nous nous attendons à un énorme besoin en réadaptation », déclare Myriam Abord-Hugon. « Il y a des milliers de blessés et beaucoup de ces blessures peuvent s'aggraver ou se transformer en handicaps permanents si les personnes ne reçoivent pas les services de réadaptation appropriés. Par ailleurs, les rescapés ont subi des traumatismes importants et auront besoin de soutien psychosocial. »

Nous allons également déployer des activités de soutien psychosocial, afin d’apporter des premiers secours psychologiques aux personnes touchées par la catastrophe. Des séances de soutien individuel seront proposées et une équipe mobile sera envoyée sur le terrain.

Par ailleurs, pour répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables, nous veillerons à mettre au cœur de notre réponse les personnes âgées et les personnes handicapées. Notre association organisera des distributions d’aides à la mobilité (telles que des fauteuils roulants, des cannes ou des déambulateurs) et travaillera avec d’autres ONG pour que les besoins spécifiques de ces personnes soient pris en compte.

Enfin, nous menons actuellement des évaluations sur place afin de décider d’une possible mobilisation supplémentaire, nécessaire pour faire face aux besoins immenses de la population. 

Published on: 7 février 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.