Goto main content
 
 

Yémen : condamnation à mort pour la population civile

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Yémen

Handicap International (HI) lance son rapport « Condamnation à mort pour les civils : l’impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » le vendredi 12 juin 2020 lors d’un évènement co-organisé avec l’Irlande, la Mission permanente de l'Équateur auprès des Nations unies, le Réseau international sur les armes explosives (INEW), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Une mère porte son enfant à Sana'a

Une mère porte son enfant à Sana'a | © ISNA Agency / HI

Le rapport de HI révèle, à travers six études de cas, comment l'utilisation des armes explosives au Yémen condamne la vie des Yéménites pour des décennies. Les études montrent l’étendue et l’impact des destructions :

  • Une insécurité alimentaire grave, avec plus que 50% de la population concernées, dont 2,1 millions d'enfants de moins de cinq ans
  • Plus que 24% du réseau routier détruit partiellement ou complètement, avec un fort impact sur le transport de personnes, l'aide humanitaire et l'accès aux services de santé
  • 50% des installations médicales ne fonctionnent plus alors que 19,7 millions de personnes n'ont plus accès aux services de santé
  • 17,8 millions de personnes - 2/3 de la population du Yémen – n’ont pas accès à l'eau potable
  • 86% des personnes en situation de handicap ont des problèmes importants pour accéder aux services et aux soins, avec des impacts directs sur leurs familles et leur avenir
  • Un héritage mortel de la contamination des restes explosifs de guerre qui affecte les conditions de vie de la population encore pour des décennies

Le lancement officiel du rapport, suivi d'un échange, aura lieu lors de la conférence virtuelle des Nations unies :

« Humanitarian consequences arising from the use of explosive weapons in populated areas »
Vendredi 12 juin 2020, de 17h à 18h30 CET
Pour s’inscrire cliquez sur ce lien

Les bombardements font reculer le Yémen d'une génération

Selon le Humanitarian Needs Overview, jusqu'à 600 infrastructures civiles ont été détruites ou endommagées par mois en 2018. Le blocus économique et les perturbations de l'économie ont provoqué l’inflation des denrées alimentaires et du carburant. Les dommages causés aux infrastructures essentielles ont exacerbé les besoins humanitaires dans le pays où 24,1 millions de personnes (trois quarts de la population) ont besoin d'une aide humanitaire.

Les bombardements massifs de zones résidentielles ont fait reculer le pays de 25 ans selon le Programme des Nations unies pour le développement (source : Assessing the Impact of War on development on YEMEN, 2019). Cela représente une génération entière. Le Yémen ne sera pas capable d’assumer seul les coûts extrêmement élevés de la décontamination des restes explosifs de guerre nécessaire avant toute reconstruction.

Processus diplomatique pour mettre fin aux bombardements en zones peuplées

HI, co-fondateur du Réseau international sur les armes explosives (INEW) se mobilise depuis cinq ans pour appeler les États à mettre fin aux souffrances humaines causées par les armes explosives. L’année 2019 a été décisive pour passer de la condamnation officielle des bombardements des populations civiles dans les zones peuplées à la rédaction d’une déclaration politique pour protéger les populations dans les zones de guerre.

HI est très active auprès de la Suisse pour qu’elle joue un rôle de leader vue sa tradition humanitaire afin de faire aboutir le processus pour protéger les civils dans les zones de guerre et à fournir une assistance aux victimes. Grâce aux efforts de multiples pays et des acteurs de la société civile, cette déclaration est sur le point d’être finalisée.

 



NON aux bombardements des civils : 

 

HI appelle les citoyens suisses à mobiliser leurs parlementaires via une plateforme Internet  dédiée pour demander au gouvernement suisse de soutenir la déclaration contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Published on: 12 juin 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

Broken Chair a 25 ans !
© Basile Barbey / HI
Événement Mobilisation Stop Bombing Civilians

Broken Chair a 25 ans !

Le 18 août 1997, nous installions Broken Chair sur la place des Nations dans le but d’appeler tous les Etats à signer en décembre 1997 à Ottawa, la Convention d’interdiction des mines antipersonnel. 25 ans plus tard, Broken Chair continue d’incarner le cri désespéré mais figne des populations civiles massacrées par toutes les formes de violences armées, et l’obligation faite aux Etats de les protéger.

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.