Goto main content
 
 

Récoltes détruites au Mozambique : HI s’apprête à distribuer des rations alimentaires

Urgence
Mozambique

Dans les régions du Mozambique dévastées par le cyclone Idai, l’insécurité alimentaire devrait grimper en flèche dans les prochains mois. Nous distribuerons de l’aide alimentaire à 12'000 familles.

L’équipe logistique de HI évalue les options de transport pour améliorer l’accès aux zones rurales, 2019

L’équipe logistique de HI évalue les options de transport pour améliorer l’accès aux zones rurales, 2019 | © Fabrice Renoux/HI

1,85 million de personnes touchées

Le cyclone Idai a frappé dans la nuit du 14 mars et tué au moins 416 personnes, blessé plus de 1'500 personnes et réduit environ 1,85 million de personnes à dépendre de l’aide et de la protection humanitaires.

Récoltes gâchées

Le cyclone Idai, qui a frappé la côte du Mozambique, a provoqué des inondations colossales. Le niveau des eaux redescend mais environ 3 000 km² de terres sont encore submergés et 500'000 hectares de culture ont été détruits alors qu’elles étaient mûres pour la récolte. Les conséquences se feront sentir immédiatement. 

Distributions alimentaires

HI distribuera les stocks d’aliments de base du Programme Alimentaire Mondial, à savoir du riz, de l’huile et des haricots, à 12'000 familles. Dans les semaines à venir, ceci aidera les populations qui s’efforcent de reconstruire leur vie dans des circonstances très difficiles. Le Programme Alimentaire Mondial estime le coût de la fourniture d’aliments de survie aux victimes à 150 millions de dollars pour les trois prochains mois.

Inondations et risque de maladies

« Le risque de maladies transmissibles s’accroît terriblement à cause des eaux stagnantes et de la surpopulation dans les centres d’hébergement collectif qui accueillent désormais plus de 110 000 personnes déplacées. Le risque d’épidémie de paludisme et de choléra est très préoccupant. »

Fanny Mraz, directrice des opérations d’urgence de HI

Afin de réduire le risque de propagation des maladies, HI prévoit de distribuer à 8'000 familles des kits d’hygiène contenant des articles de base tels que du savon et de la lessive. 


 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.