Goto main content
 
 

Ukraine : éduquer aux risques des munitions explosives pour sauver des vies

Mines et autres armes Urgence
Ukraine

Olga Savchenko est responsable des actions d'éducation aux risques liés aux munitions explosives en Ukraine. Elle nous a rendu visite à Genève à l’occasion de notre commémoration des 25 ans de Broken Chair. Elle témoigne de l’importance de son travail pour la population ukrainienne et de ce représente ce monument.

Olga Savchenko sous Broken Chair lors de sa visite à Genève en septembre 2022.

Olga Savchenko sous Broken Chair lors de sa visite à Genève en septembre 2022. | © HI

L’objectif de ma mission

Je m'appelle Olga, je suis ukrainienne et je travaille pour Handicap International en Ukraine. Je suis responsable du projet d'éducation aux risques liés aux munitions explosives. Je gère une équipe de 10 personnes, depuis nos bureaux de Dniepr. 

Notre mission est de donner à la population les bons comportements à adopter face à une munition non explosée, afin de limiter les risques de blessures ou de décès dus aux restes explosifs de guerre.

La difficulté de changer ses habitudes

A cause du conflit armé, les gens ne peuvent plus vivre normalement. Leurs habitudes de vie doivent changer car après un bombardement il y a beaucoup d’objets explosifs non explosés qui restent au sol.

Nous organisons des séances d’informations adaptées aux enfants ou aux adultes. Avec des beamers, nous présentons à la population à quoi ressemblent les objets dangereux, nous discutons d’où se trouvent les zones dangereuses, et montrons les endroits où ils ne doivent plus aller pour ramasser des champignons ou pêcher par exemple. 

Reconnaitre les munitions explosives

Nous leur apprenons non seulement à reconnaître ces objets mais aussi à ne pas s'en approcher, à ne pas les toucher et finalement à quoi faire. Nous appelons ceci « la règle des 3 R » : reconnaître, réagir, rendre compte. 

Se préparer aux explosions

Nous informons en outre la population sur la façon de se préparer aux bombardements, ce qu’il faut avoir sur soit en tout temps, ce qu’il faut avoir dans un sac à la maison (premiers soins, eau, kit d'hygiène, etc.) et comment préparer un kit d'hibernation (nourriture pour 2 semaines entre autre).

Nous donnons aussi des informations sur comment organiser un lieu sûr. Par exemple il faut au moins respecter la règle des « 2 murs » : il doit y avoir 2 murs entre eux et la rue. De cette façon, s'il y a une explosion sur le premier mur, le second recevra des fragments et ils seront protégés. 

Il est également nécessaire que les gens sachent comment se comporter pendant les bombardements. Nous leur apprenons à avoir les bons gestes pour limiter le risque de blessures. Nous leur recommandons notamment de s’allonger sur le sol, en croisant les jambes, en se couvrant la tête avec les mains et en ouvrant la bouche pour ne pas devenir sourd. Ces informations sont très importantes car grâce à elles la population sait comment réagir, panique moins et cela sauve des vies. 

Broken Chair, un symbole d’actualité

Nous sommes ici à Genève et pour moi Broken Chair est vraiment un symbole de l'Ukraine, elle est blessée par les explosions, mais elle résiste avec le soutien d'autres pays. Elle est fragile et a besoin d’aide.

Tout le mois de septembre nous avons commémoré les 25 ans de Broken Chair, pour montrer le rôle que ce monument occupe symboliquement sur le plan diplomatique, des droits humains et sur le terrain, afin de rappeler l’urgence de protéger les civils et de porter secours aux victimes des conflits armés.

 

>> Faire un don pour l'Ukraine

Published on: 26 octobre 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.

Colombie : le déminage à Chaparral fait naître de nouveaux espoirs
© J. M. Vargas/HI
Mines et autres armes

Colombie : le déminage à Chaparral fait naître de nouveaux espoirs

Depuis octobre 2021, nous menons des opérations de déminage humanitaire dans El Cañón de Las Hermosas en Colombie. Grâce à notre travail d’enquête et aux opérations de déminage, les communautés pourront réutiliser leurs terres agricoles et pastorales.