Goto main content
 
 

Qu’est-ce que les bombes à sous-munitions ?

Mines et autres armes
Libye Ukraine Yémen

Bien qu’interdites depuis 2008 par la Convention d’Oslo, des bombes à sous-munitions ont été utilisées à de nombreuses reprises dans les conflits en Syrie, au Yémen, en Lybie, au Soudan, et de nouveau en Ukraine. Elles font des ravages parmi les populations civiles qui en sont les premières victimes. Qu’est-ce que les bombes à sous-munitions ?

Une sous-munition trouvée par les équipes de Handicap International au Laos

Les démineurs de Handicap International recherchent des bombes à sous-munitions dans des plantations de riz au Laos | Handicap International

La technique du saupoudrage

Une bombe à sous-munitions se présente comme un conteneur, rempli de mini-bombes explosives, appelées « sous-munitions ». Ce conteneur peut être un obus, une roquette, un missile. Largué par avion ou par voie terrestre, il s’ouvre en vol et libère les sous-munitions. Un véritable tapis de bombes tombe alors sans précision sur de larges surfaces aussi grandes qu’un terrain de football.

Les civils, premières victimes

Les bombes à sous-munitions tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes psychologiques lourds. Les civils représentent 97% des victimes recensées, dont plus d’1/3 sont des enfants, soit presque la totalité des victimes !

Un danger à long terme

Jusqu'à 40% des sous-munitions, parfois de la taille d’une balle de tennis, n'explosent pas à l'impact : elles restent sur le sol, actives et dangereuses pendant des décennies. Elles peuvent exploser si vous passez près d'elles ou si vous les ramassez. Le Laos est l'exemple le plus frappant de pollution par sous-munitions. Largués dans l'est du pays dans les années 1960, ces restes de sous-munitions continuent aujourd'hui de tuer et de mutiler des personnes.

Qui produit les bombes à sous-munitions ?

Le secteur de l’armement étant peu transparent, il est très difficile d’avoir des informations précises sur la production des bombes à sous-munitions. 16 États (Brésil, Chine, Corée du Nord, Égypte, États-Unis, Grèce, Inde, Iran, Israël, Pakistan, Pologne, Roumanie, Russie, Singapour, Corée du Sud, Turquie) sont soupçonnés de produire encore des sous-munitions ou se réservent le droit de le faire. En raison du manque de transparence et de données, il est impossible de savoir si ces pays en ont produit récemment.

Selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021, la Chine et la Russie recherchent et développent activement de nouveaux types d'armes à sous-munitions.

Que dit la Convention d’Oslo ?

Ouverte à la signature des Etats à Oslo en 2008, la Convention est entrée en vigueur en août 2010, signée par 110 Etats. Cette convention interdit l’utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions. Elle inclut également des obligations aux Etats parties comme l’aide aux victimes et le déminage des zones contaminées.

Ces armes interdites utilisées en Ukraine

Depuis le 24 février 2022 et le début d'un conflit militaire de grande ampleur en Ukraine, les principales villes du pays ont été la cible de bombardements dévastateurs. Les forces militaires russes utilisent des armes à sous-munitions :

Published on: 10 mars 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.