Goto main content
 
 

Une journée de déminage en Casamance

Le soleil vient de se lever. Juste après que l’équipe a chargé le matériel, Aziz, le chef des opérations mines de Handicap International, motive ses troupes et rappelle les objectifs de la journée : le  déminage du village de Diagnon, situé à une cinquantaine de kilomètres de Ziguinchor.

© J-J. Bernard / Handicap International

Arrivés sur les lieux à 8 heures, Aziz et son bras droit, Charles, font l’état des lieux : configuration de la zone à déminer et de ses alentours, difficultés à prévoir, choix du mode opératoire…

 

En parallèle, les démineurs s’occupe du déchargement et de l’inspection du matériel.

 

Comme chaque matin, Charles organise un briefing opérationnel etrappelle les consignes de sécurité.

 

Chaque démineur prend son équipement et se prépare.

 

Chacun se concentre avant de passer  à l’action

 

Il est 9 heures. Les démineurs sont prêts à passer à l’action.

 

Avant toute intervention, il faut débroussailler les zones à déminer.

 

Jonathan, le maître-chien, passe du temps avec ses deux chiens détecteurs d’explosifs. Il s’assure qu’ils sont en bonne condition avant de les mener sur le terrain à déminer.

 

Aujourd’hui, Katja va travailler avec son maître par phases de 45 minutes, entrecoupées de pauses.  

 

Quand les chiens ne peuvent pas travailler, le démineur intervient avec un détecteur de métal. Il est parfois chaussé de chaussures à coussin d’air très légères, renforcent sa sécurité.

 

Aziz, le chef des opérations de déminage, va saluer les autorités du village. Il est important d’entretenir de bonnes relations avec elles et de bien les informer sur les opérations de Handicap International.

 

Il est 15 heures et il faut rentrer avant que les barrages de l’armée ne se mettent place pour la nuit dans cette région instable. Chacun va rentrer chez lui avec la satisfaction du devoir accompli : bel esprit d’équipe !

 

 

Published on: 1 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité Inclusion

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité

En 2022, nous avons fêté nos 40 ans d'engagement auprès des plus vulnérables. 2022, c'est aussi les 25 ans de la signature du Traité contre les mines et de l'obtention du prix Nobel de la paix. Le combat pour la protection des civils continue avec la signature de la Déclaration politique contre le bombardement des civils. Nos équipes ont aussi fait face aux urgences humanitaires aux côtés des victimes : en Ukraine, au Pakistan suite aux inondations exceptionnelles et à Madagascar face à l'extrême sècheresse. En 2022, grâce à vous, plus de 3 millions de personnes ont bénéficié de nos programmes dans près de 60 pays.

Découvertes de nos projets au Rwanda
© HI
Inclusion Insertion

Découvertes de nos projets au Rwanda

Notre directeur Daniel Suda-Lang ainsi qu’un membre de notre conseil d’administration, Jean-Marc Dougoud se sont rendus au Rwanda pour visiter nos projets en cours sur la thématique de la violence basée sur le genre, l’âge et le handicap. Lors de ce voyage d’une semaine, ils ont eu l’occasion de rencontrer nos équipes locales ainsi que d’échanger avec les bénéficiaires.